The Nix – Nathan Hill ( Les fantômes du vieux pays)

Résumé de l’éditeur:

   Scandale aux États-Unis : le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public. Son assaillante est une femme d’âge mûr : Faye Andresen-Anderson. Les médias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, passe à côté du fait divers, tout occupé qu’il est à jouer en ligne au Monde d’Elfscape. Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre révélation sur sa mère qui la réduira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui dévoilera bien des surprises et réveillera son lot de fantômes.

Avis:

  J’ai beaucoup aimé ce livre et j’ai eu du mal à lâcher le livre à la fin. Il est vraiment  dense, comme on suit l’histoire de plusieurs personnes et sur différentes périodes. Il est aussi poignant et touchant. L’écriture de Nathan Hill est très belle: il y a un mélange de style en fonction des parties du livre et  je trouve ça très intéressant car on a l’impression d’avoir plusieurs livres en un. Les quelques notes d’humour sont vraiment bien tournées aussi. 

  Le personnage du fils est incroyable et de le voir évoluer tout au long de ce roman est un plaisir. Mais j’ai eu un coup de coeur pour le personnage de la mère dont on découvre  son histoire, entre courage et lâcheté. Dans ce livre on apprend à construire sa vie d’adulte, avec le poids du passé, malgré la difficulté de trouver sa place dans la société. Il s’agit aussi de l’instrumentalisation par les médias des « révoltes » de Chicago en 1968, en parallèle  avec le mouvement « Occupy Wall Street ». Ce livre nous place au centre de ces événements et nous montre, entre autres, ceux à la tête du mouvement qui ne croient pas forcément, ou plus, en ce  qu’ils disent mais qui calculent tout pour que « ça fasse bien à la tv » pour faire du bruit.

Bref, un très bon livre, tellement intéressant et riche. Ça valait le coup de se coucher à 2h du matin pour le terminer !

4 commentaires sur “The Nix – Nathan Hill ( Les fantômes du vieux pays)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s